Presse Edition

pub
Recherche

Déontologie : les « sages » ont achevé leur mission


Presse Edition 06/07/2011

Communiqué
Le groupe de « sages », mis en place en 2009 à la suite des Etats généraux de la presse écrite (EGPE) pour rédiger un « Code de déontologie », a accompli sa mission. Il souhaite que, désormais, l’ensemble des professionnels continuent le dialogue entre eux sur la question déontologique et qu’ils trouvent le cadre approprié pour le faire régulièrement et publiquement, par exemple lors des « Assises du journalisme et de l’information».

Après avoir, conformément aux conclusions des EGPE, élaboré un projet s’inspirant des textes existants et soumis, depuis l’automne 2009, aux organisations représentatives des éditeurs et des journalistes, le groupe de sages a constaté l’accord de tous sur la nécessité de chartes déontologiques mais la persistance d’un désaccord sur l’opportunité d’un texte unique, de même que sur l’idée d’annexer un tel document à la convention collective des journalistes.

Le groupe de sages a organisé, en décembre 2010 et le 15 juin 2011, deux réunions informelles avec la participation de la quasi-totalité des organisations pour étudier le projet de « code » et la meilleure manière de continuer à faire vivre le débat sur la déontologie. Plusieurs organisations d’éditeurs (SPPMO, SPQN) ont approuvé ce texte ou l’ont amendé (SPM). D’autres ont réactualisé leurs textes fondamentaux (SPQR-SPQD). Des syndicats de journalistes ont actualisé leurs textes de référence (SNJ) ou ont rappelé leur attachement à la charte de Munich (CFDT).

Le groupe de « sages », dont la seule légitimité tenait à la variété de ses membres, se félicite que la déontologie des médias soit devenue une préoccupation constante. Les évolutions technologiques, le traitement de diverses « affaires », la concurrence mais aussi les exigences de plus en plus fortes des publics (au demeurant parfois contradictoires) ont favorisé l’émergence de chartes éditoriales ou d’instances spécialisées dans de nombreux journaux ou médias (le Monde, les Echos, Bayard, l’audiovisuel public, etc.). On ne peut que
s’en féliciter.

Les « sages » sont particulièrement fiers d’avoir contribué à entretenir ce questionnement et d’avoir fourni un texte de référence, qui peut servir de base de réflexion à tous ceux, professionnels, lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes, qui ont à cœur la qualité et la liberté de l’information en France.

Pour le groupe des « sages » Bruno Frappat, 24 juin 2011

Le groupe était composé de :
Me Basile Ader, avocat au barreau de Paris ; Marie-Laure Augry, médiatrice des rédactions de France 3 ; Alain Boulonne, ancien président de la Fédération nationale de la presse française ; Jérôme Bouvier, médiateur à Radio-France ; Jean-Pierre Caffin, consultant, éditeur ; Olivier Da Lage, ancien président de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels ; Jean-Marie Dupont, président du Clemi ; Bruno Frappat, président d’honneur du groupe Bayard ; Pascal Guénée, directeur de l’Institut pratique du journalisme ; Catherine Vincent, consultante éditoriale ; Lorenzo Virgili, photoreporter.


Newsletter

Recevez gratuitement
tous les 15 jours la newsletter
de Presse-Édition

Votre adresse email :



pub