Presse Edition

pub
Recherche

Entretien avec Pierre Picard, Président du Syndicat de l’impression Numérique & des services graphiques

Entretien avec Pierre Picard, Président du Syndicat de l’impression Numérique & des services graphiques

Presse Edition 14/03/2012

Que représente le S.I.N. aujourd’hui?
Pierre Picard : Le Syndicat de l’impression numérique & des services graphiques, qui compte aujourd’hui un peu moins de 200 adhérents, qui génèrent un chiffre d’affaires d’environ 100 millions d’euros, est le seul syndicat représentatif des imprimeurs numériques. Nous sommes ouverts à tous les professionnels qui souhaitent faire de l’impression numérique, en petit ou grand format. C’est pour nous un changement de périmètre, une ouverture, parce que je souhaite accueillir au sein du S.I.N. tous ceux qui font du numérique.


C’est à dire ?

Pierre Picard : Les ateliers intégrés des entreprises. Les agences de communication qui sont en train de s’équiper avec de presses numériques. Les imprimeurs qui s’en sortent en s’équipant en numérique. Mais également les imprimeurs de labeur qui investissent dans ce type de matériel ou se posent des questions concernant ces marchés. Si certains imprimeurs membres des différents syndicats souhaitent également nous rejoindre, il n’y a aucun problème. Beaucoup d’entre eux, d’ailleurs, se tournent vers le numérique pour se sortir des problèmes qu’ils rencontrent dans le labeur et nous rejoignent parce que nous avons un passé, une histoire, un savoir faire, des compétences. L’essentiel pour nous étant de diffuser plus d’informations, de favoriser la communication entre nos confrères, de proposer plus de formations.


Quels sont vos objectifs à moyen terme ?

Pierre Picard : Nous souhaitons représenter entre 250 et 300 entreprises, stables et solides financièrement. Nous pouvons encore progresser et notamment faire revenir d’anciens confrères. Mais c’est tout de même une bonne centaine d’entrepreneurs qui nous appellent chaque mois pour nous interroger. Et là, je suis très mécontent, parce que certains non adhérents préfèrent rester dans leur coin, utiliser notre convention collective, râler, et lorsqu’ils ont un problème, nous demander de les aider.


Pourquoi avez-vous été choisi comme nouveau Président du S.I.N. fin 2011 ?
Pierre Picard : J’ai été coopté parce que je représente la nouvelle génération d’entrepreneurs. Que je suis très impliqué dans mon entreprise et que j’ai, comme mes collègues du Conseil d’administration, une vision différente de la génération précédente.
Plus que jamais, l’union fait la force, face aux pouvoirs publics, aux différents syndicats, aux fournisseurs, à la concurrence étrangère.
Et je souhaite renforcer ces liens avec nos confrères de l’imprimerie qui investissent dans l’impression numérique.


Dans vos projets pour 2012, il est question de concertation avec les fournisseurs. Iriez jusqu’à créer une centrale d’achats ?

Pierre Picard : Nous y réfléchissons. Parce que les professionnels sont trop isolés et qu’il est souhaitable qu’ils soient regroupés pour mieux acheter. Nous pensons créer une structure du type centrale d’achat dans l’impression numérique. Soyons clairs, ce projet n’a pas pour but de « tordre le cou aux fournisseurs ». Par ailleurs, nous mettons en place un Club des fournisseurs et nous officialisons nos relations avec certains d’entre eux. Nous nous positionnons comme un support de communication, une passerelle, entre les différents acteurs de la filière de l’impression numérique. Si un adhérent rencontre des problèmes avec un fournisseur ou vice et versa, nous les aidons à dialoguer. Nous allons également lancer avec eux des sessions de formation à distance d’une durée d’une ou deux heures.


Vous avez déménagé l’année dernière et vous avez notamment rejoint un regroupement de syndicats qui opèrent essentiellement dans le monde du papier. Lors de l’inauguration de ces locaux en octobre dernier il était question d’organiser collectivement des événements. Or, il ne s’est rien passé depuis ?

Pierre Picard : La MIP (Maison des industries des papiers et cartons pour la communication, l’emballage et l’hygiène), située rue d’Aumale à Paris, regroupe 14 organisations professionnelles ou associations, et notamment celles représentant les fabricants et les distributeurs de papiers et cartons. C’est un lieu d’échange, de rencontres et de communication. C’est toujours la même histoire : lorsqu’on est trop nombreux à décider, cela s’avère plus difficile. Mais je souhaite qu’il se passe quelque chose dans les tout prochains mois.


Quel est le bilan du Symposium de l’Impression numérique 2011 ?
Pierre Picard : La dernière édition du Symposium de l’Impression numérique s’est déroulée avec succès le 23 juin 2011. Près de 150 personnes s’y sont inscrites et chaque année nous enregistrons de plus en plus de participants. Cette année retour sur la DRUPA 2012 pour ceux qui n’ont pas pu s’y rendre, et l’après midi une douzaine d’interventions de confrères qui témoigneront de leur expérience et de la façon dont ils parviennent à s’en sortir en temps de crise avec l’impression numérique. Pour l’édition 2012, qui aura lieu le 20 juin à Paris, nous organiserons à nouveau une soirée de gala, parce que nous souhaitons placer cette manifestation sous le signe de la convivialité.


Vous venez de lancer la vente de l’étude «Le marché de l’impression numérique et des services graphiques». Que pouvez vous nous en dire ?
Pierre Picard : La première étude exclusive réalisée pour notre compte en 2002 par INTERQUEST, « La reprographie à l’ère du numérique », avait très bien marché. Nous en avons encore vendu l’année dernière. Fort de ce succès, les instances du S.I.N. ont décidé de lancer une nouvelle étude, couvrant la période 2002/2010. 230 pages : impression numérique, ateliers intégrés, 140 graphiques, des témoignages de professionnels. Des informations qu’on ne trouve nulle part ailleurs. A recommander l’achat et la lecture pour tous ceux qui veulent se lancer dans le numérique ou confirmer des tendances.


Bureau du S.I.N.

Vice‐Présidents : Frédéric Moreau, Electrogeloz 
Grégory Pone, Vit’Repro & Duplicatis 
Trésorier : Guylhem Féraud, Studio Eric 
Secrétaire : Jean‐Michel Blatry, Copyroom & Artek 
En outre, c’est également à l’unanimité que Henri Beck a été élu Président d’Honneur.
Pierre Picard est le fondateur de Copy-Media. Après des études en mathématiques et sans aucune expérience du monde graphique, Pierre Picard, 38 ans, créé la société Copy‐Media en 1995 à l’âge de 21 ans. D’abord orientée vers un service de photocopie auprès d’une clientèle étudiante, la société évolue rapidement vers l’impression numérique de livres en courtes séries sous toutes ses formes. Au fil des années, la société s’étoffe pour devenir un spécialiste reconnu imprimant plus d’un million de livres par an.


Newsletter

Recevez gratuitement
tous les 15 jours la newsletter
de Presse-Édition

Votre adresse email :



pub