Presse Edition

pub
Recherche

Entretien avec Eric Lejeune, Président du syndicat de la presse hebdomadaire régionale

Entretien avec Eric Lejeune, Président du syndicat de la presse hebdomadaire régionale

Presse Edition 13/06/2012

Le 31 mai dernier, à Brive-la-Gaillarde, le SPHR a élu son nouveau bureau. Vous avez été reconduit à la présidence pour 3 ans ?
Eric Lejeune : C’est en effet mon deuxième mandat. L’élément nouveau de cette élection, c’est le rajeunissement profond des cadres, parce que nous souhaitons préparer l’avenir et mettre des jeunes en selle. Nous avons également féminisé un bureau qui, jusqu’à présent, était essentiellement masculin, en faisant entrer au comité national sept nouvelles éditrices.


Etes-vous satisfaits de la manière dont évolue le dossier des AJL ?

Eric Lejeune : Cela aurait pu être pire ! Mais les choses ont pris une tournure plutôt positive et je dois dire que notre syndicat a été un élément moteur qui a permis à toute la presse habilitée de voir l’avenir avec optimisme. Nous avons su expliquer aux pouvoir publics français et européens le rôle et la place majeure des annonces judiciaires et légales dans le média papier. Lors de notre congrès de Mulhouse l’année dernière, Michel Barnier, commissaire européen au marché intérieur, a annoncé qu’il ne reprendrait pas cette directive si décriée. Je rappelle que la suppression des AJL dans les journaux serait une décision de nature restreindre le pluralisme de la presse dans les régions et la liberté d’informer. Il faut donc y réfléchir à deux fois. Le gros chantier à venir, c’est donc la création au 1er janvier 2013 d’une plateforme numérique. Dans l’avenir, nos adhérents pourront diffuser leurs annonces judiciaires légales via cette plateforme, tout en continuant à publier leurs annonces légales payantes sur la version papier de leurs titres. C’est un progrès indéniable auquel le SPHR a apporté toute son expertise, preuve que nous sommes favorables à toutes les initiatives qui améliorent l’information du citoyen.


A l’heure des restructurations des syndicats de la presse, vous êtes le seul syndicat de presse indépendant ?

Des projets de rapprochement ?
Eric Lejeune : Ce n’est pas du tout à l’ordre du jour. Nous sommes une famille de presse tout à fait spécifique, la presse hebdomadaire régionale d’information. Bien au contraire, un de nos objectifs dans les années à venir est de renforcer nos compétences au sein de notre structure nationale. J’ajoute que grâce à notre filiale, l'Association pour l'Etude et la Promotion des Hebdomadaires Régionaux (AEPHR), nous poursuivrons nos efforts, sur les études d’audience et sur le développement numérique : internet, tablettes tactiles et terminaux mobiles.


Comment se porte Espace PHR, la régie nationale unique de la Presse Hebdomadaire Régionale ?

Eric Lejeune : Nous avons connu une progression constante en 2008, 2009 et 2010. En 2011, à l’instar de nos confrères des autres familles de presse, nous avons enregistré une baisse sensible de nos revenus publicitaires, et ce notamment en raison de l’arrêt des campagnes de communication émanant des institutions publiques et du SIG. Mais nous avons été réactifs et nous avons lancé de nouveaux produits publicitaires. Au 1er mars 2012, nous avons connu une hausse de notre chiffre d’affaires de 18,7% versus 2011.


Vous avez récemment signé un accord de régie internet avec Hi-Média ?
Eric Lejeune : C’est une expérimentation car nous n’avons pas pour habitude de lancer des projets au plan national sans tester le marché au préalable. Nous avons confié à Hi-Media le soin d’évaluer la commercialisation des sites internet de nos adhérents. Nous avons choisi la région Rhône-Alpes, une région assez prospère, où nous avons beaucoup de titres et des sites internet qui fonctionnent très bien. Si cela s’avère concluant, nous pourrons envisager une diffusion des campagnes nationales sur l’ensemble de nos sites. Mais il y a encore du chemin à faire.


Quel a été l’événement important de ce 39e Congrès ?
Eric Lejeune : L’annonce de la création d’un fonds d’investissement qui aidera les jeunes éditeurs indépendant.
Ce fonds doté de deux millions d’euros interviendra sous forme d’avance remboursable avec différé d’amortissement et sous forme de garantie d’emprunts bancaires. Ce dispositif est désormais opérationnel grâce à une convention tripartite signée le 23 avril dernier entre le ministère de la culture et de la communication, Bercy et l’IFCIC. Je suis heureux que ce projet – dont j’avais évoqué les grandes lignes lors de notre congrès en 2009 à Castres- aboutisse aujourd’hui ; la raison en est simple : le financement d’un hebdomadaire local ne répond pas aux critères habituels de retours sur investissement par les banques. Un journal de proximité a besoin de temps pour fidéliser ses lecteurs et faire apprécier son offre éditoriale au marché publicitaire : ce dispositif va donner aux jeunes créateurs d’entreprises la souplesse dont ils ont besoin pour inscrire leur journal dans la durée. En tout cas, l’existence de ce fonds doit se lire clairement comme une reconnaissance des pouvoirs publics pour la vitalité de notre famille de presse et son apport indiscutable en faveur du pluralisme dans les régions. Toutes les initiatives en devenir doivent être portées à la connaissance de notre syndicat : nous avons désormais la capacité de les aider.


Votre prochain congrès ?
Eric Lejeune : La 40e édition du Congrès du SPHR se déroulera au Touquet, ville qui a accueilli le premier congrès fondateur du SPHR.