Presse Edition

pub
Recherche

Entretien avec Mathieu Stefani, PDG de Cosa Vostra*, agence digitale qui représente PressReader en France, en Belgique, en Suisse, les pays scandinaves et le Moyen-Orient

 Entretien avec Mathieu Stefani, PDG de Cosa Vostra*, agence digitale qui représente PressReader  en France, en Belgique, en Suisse, les pays scandinaves et le Moyen-Orient

Presse Edition 11/11/2015
Comment et pourquoi avez-vous approché PressReader?
Matthieu Stefani : Nous étions très introduits dans le monde des médias, ce qui nous a permis de rencontrer PressReader il y a quelques années. Ils cherchaient à recruter des collaborateurs pour leur bureau en France. Je leur ai proposé de les représenter via notre agence Cosa Vostra.

Votre mission?
Matthieu Stefani : Recruter des éditeurs partenaires et vendre le kiosque numérique essentiellement en btob. Beaucoup de gens pensent encore que PressReader est un kiosque numérique de second rang, alors que nous sommes le plus gros kiosque numérique  au monde.  

Quel est le concept du kiosque PressReader
?
Matthieu Stefani : Proposer dans le monde entier, à des lecteurs intéressés par l’actualité, l’accès à quelques milliers de titres de presse, avec une approche technologique très performante puisqu’on peut aujourd’hui lire des journaux dans des formats mobiles .

Comment fabriquez-vous ces flux?

Matthieu Stefani : C’est très simple, l’éditeur nous envoie ses fichiers PDF ou nous allons les chercher sur le FTP de l’imprimeur ou chez le client. Nous l’intégrons dans le kiosque, sous format PDF et nous procédons à une extraction XML. Nous  déconstruisons complétement le PDF pour obtenir  un fichier XML. Puis nous reconstruisons une application qui permet de lire soit au format PDF, soit en format digital mieux adapté, par exemple aux mobiles. Nous avons été les premiers à le faire et  nous sommes les plus compétents en la matière. Tout est réalisé  en interne par nos équipes techniques, avec nos propres technologies. Cela nous permet de travailler avec un grand nombre d’éditeurs, puisque notre technologie peut également être utilisée par ces éditeurs pour leurs propres kiosques. Ce qui explique que PressReader revendique le plus grand parc de kiosques numériques dans le monde, avec plus de 4.000 kiosques.

Cela a un coût pour l’éditeur?

Matthieu Stefani : Non seulement c’est gratuit pour lui, mais de plus, PressReader lui reverse des redevances. Sa seule contrainte, nous envoyer une facture de temps en temps pour que nous puissions le payer !

Qui sont vos principaux clients?

Matthieu Stefani : La quasi totalité de notre business se fait en btob. Nous ne vendons pas nos services à  120millions de lecteurs à travers le monde, mais au groupe Accor avec ses 3.800 hôtels et ses 800.000 chambres, à Quantas, première compagnie aérienne en Australie, à Fly Dubai, à Virgin Australia...

Quel est votre  modèle économique?
Matthieu Stefani : Nous vendons nos services à ces entreprises avec des tarifs négociés. Nous jouons sur la carte internationale avec des firmes qui travaillent dans le monde entier. Nous sommes les seuls à proposer cette offre. Nous leur apportons la possibilité d’offrir à tous leurs clients un  accès à la presse, et ce, où qu’ils se trouvent. Cela constitue pour eux un avantage concurrentiel, un outil de fidélisation. A chaque consommation nous reversons une redevance que nous avons préalablement établie avec l’éditeur. Notre marge : la différence entre le prix de vente et les redevances versées à l’éditeur.

Vous vendez également du print?

Matthieu Stefani : A l’origne, PressReader, société canadienne basée à Vancouver, créée en1999, opérait dans l’industrie du print. Ils imprimaient des quotidiens en numérique dans le monde entier. Nous poursuivons cette activité dans des ambassades, des universités, pour la Maison Blanche à Washington, etc. Cela reste une affaire importante pour notre groupe.

Quelles sont aujourd’hui vos cibles privilégiées?
Matthieu Stefani : En termes de lecteurs, historiquement ce sont les populations qui voyagent énormément, businessmen hyper haut de gamme etc. A l’origine nous ne proposions que des quotidiens. Aujourd’hui, nous disposons de l’éventail de titres le plus large possible, de la presse enfants à la presse spécialisée, les news... Notre cible a donc évolué vers un large public familial. Nous sommes très présents dans les transport. Sur les bateaux de croisières, nous réalisons des connections par satellites. Les transports aériens, les trains, pourquoi pas dans un proche avenir, les taxis, les VTC**..  Et puis évidemment tout ce qui est hébergement, hôtels, clubs de vacances. Nous sommes parvenus à faire exploser les usages sur des applications. Cela a fonctionné avec Accor, avec Qantas. Les gens doivent télécharger l’application Qantas pour arriver sur PressReader. Ils pourront lire la presse grâce à cette application, et accéder à PressReader, 2 jours avant et 3 jours après leur vol.

Côté ventes,  vous reste-il des secteurs à explorer ?

Matthieu Stefani : Nous pensons aux transports ferroviaires, au lignes d’autocars, aux salles de sport, aux clubs. Nous nous intéressons plus particulièrement aujourd’hui aux Hôpitaux, aux maisons de retraite, aux cliniques. Nous étudions actuellement la possibilité de faire parrainer par  une marque d’optique, le temps d’attente chez l’ophtalmo- c’est l’endroit où on attend le plus en France – en leur proposant d’offrir gratuitement aux patients, la lecture de quotidiens ou de magazines. Nous pouvons imaginer des choses extraordinaires, très innovantes.

Combien de titres sont  disponibles dans le kiosque

PressReader?
Matthieu Stefani : A la fin de  l’année, nous en proposerons 5.000.

Votre actualité?

Matthieu Stefani : Nous venons de signer avec l’Express, Newsco, SoPress. Nous poursuivons nos efforts de négociation avec la presse quotidienne régionale et certains groupes de presse magazine. Il faut qu’ils comprennent que nous ne sommes pas concurrents, mais que nous leur apportons un “quick win”, des revenus supplémentaires pour un effort minimum de leur part.


A propos de PressReader

PressReader est un kiosque de presse international offrant à plus de 250 millions de lecteurs la possibilité de lire, partager et discuter l’actualité en proposant plus de 4.000 journaux et magazines internationaux à travers le monde qui sont disponibles sur le service en format web, ou téléchargeable via l’application PressReader. Nos HotSpots offrent également un accès sponsorisé au service à partir des milliers de bibliothèques, hôtels, aéroports, avions, bateaux de croisières et cafés à travers le globe. En offrant l’expérience la plus authentique en matière de lecture de journaux et de magazines sur les ordinateurs, smartphone, liseuses, et des tablettes équipées des systèmes d’exploitation BlackBerry, iOS, Android et Windows 8.1/10, PressReader encourage ainsi plus de 4.500 éditeurs à travers 100 pays à opter pour LE nouveau moyen de diffuser leurs supports et d’atteindre ainsi le marché international des médias.
 
En savoir plus : pressreader.com, about.pressreader.com, et sur Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, YouTube, Google+.


*Fondateur de CosaVostra, ironCards, Citizenside, Buump, etc. Matthieu Stefani  est un lanceur d'idées, qu'il concrétise pour lui et pour ses clients. Pionnier du social commerce avec le lancement de Morphsuits, c'est un expert des réseaux sociaux et du contenu. Il travaille depuis 2002 dans l'univers des médias digitaux, ayant notamment lancé Metro France. Matthieu Stefani est coach à l'ESCP et intervenant à HEC, au groupe Inseec, Sup de Web, etc.
**Du 13 au 24 mai, les passagers Uber qui sillonnaient la croisette pouvaient bénéficier d'un accès gratuit et illimité aux 2.400 journaux et 1.200 magazines présents sur PressReader.