Presse Edition

pub
Recherche

Michel-Edouard Leclerc, le retour !

Michel-Edouard Leclerc, le retour !

Presse Edition 06/10/2010

Après avoir milité pour la suppression des sacs de caisse dans tous les Centres Leclerc, Michel-Edouard Leclerc repart en campagne publicitaire TV et internet en lançant l’opération 2020 : Zéro prospectus.
Cible de ses imprécations : les fabricants de papier, les imprimeurs rotativistes et les distributeurs de prospectus.
Notre Don quichotte des temps modernes, défenseur du pouvoir d’achat des ménagères, reprend le flambeau de la noble cause de la protection de l’environnement. Qui pourrait l’en blâmer ?
Michel-Edouard Leclerc qui est un homme courtois, sympathique, intelligent et informé, ne fait pas l’erreur d’accuser les professionnels de la communication imprimée de participer à la déforestration dans le monde, mais de contribuer à l’émissions de gaz à effet de serre.

En proposant aux consommateurs de réduire les imprimés publicitaires de sa centrale, de leur adresser désormais ses offres commerciales via internet ou leurs mobiles, d’apposer sur leurs boîtes aux lettres l’autocollant Zéro Prospectus, ou de retourner dans les Centres Leclerc les prospectus qui les encombrent- y compris ceux d’autres enseignes- Michel-Edouard Leclerc a mis en place une extraordinaire stratégie d’obstruction pour la concurrence et un outil de benchmarking efficace.


Cela lui permet également, si l’opération récupération de vieux papiers s’avérait être un succès, de réaliser au passage des bénéfices non négligeable, en revendant ces imprimés aux récupérateurs.

Puisque Michel-Edouard Leclerc est profondément convaincu que la planète est en danger et qu’il est nécessaire de réduire les émissions de gaz carbonique, pourra-t-il promettre dans ses futures campagnes publicitaires, de ne vendre que des fruits produits localement et non plus importés d’Amérique latine, d’Asie et autres contrées lointaines. Que les meubles en bois vendus dans ses magasins sont bien fabriqués à partir de bois certifiés et enfin que les produits textiles qu’il propose à ses clients sont produits en Europe et non plus dans des usines d’Asie du Sud-Est.
Daniel Dussausaye

* Dans sa communication, Michel-Edouard Leclerc oublie d’évoquer les fantastiques économies réalisées en diminuant ses éditions publicitaires, qui sont dans la plupart des cas produites en Italie.