Presse Edition

pub
Recherche

Questions à Jeremie Hornus, fondateur et directeur de BlackFoundry


Presse Édition 04/11/20120
En quoi consiste votre métier?

Jeremie Hornus : C'est un mélange d'Arts et de Sciences. Nous combinons la Typographie et la Technologie pour répondre aux demandes liées à la communication textuelle. Que ce soit en amont pour definir le ton typographique d'une marque ou en aval pour assurer le bon fonctionnement des polices de caractères dans tous type de systemes, nous sommes experts en solutions typographiques en couvrant toute la chaine de valeur typographique. Nous sommes designers et ingénieurs.

Pourquoi fonderie parisienne et non pas création de caractères?
Jeremie Hornus : Le terme "fonderie" est ancien mais perdure aujourd'hui, à la renaissance le metier consistait à graver les poinçons sur des barres d'acier pour réaliser les matrices qui sevraient à créer les plombs typographiques qui étaient réellement issus du plomb fondu et moulé dans les matrices. La création des caractères était aussi réalisée dans ces ateliers nommés fonderies. Il s'agit d'une seule et même activité qui aujourd'hui encore, transposée au monde numérique, porte le nom de fonderie. Nous créons des fontes numériques.

Qui sont vos principaux challengers?
Jeremie Hornus : En France, peu de fonderies allient les savoir-faire technologiques et créatifs que nous proposons. À l'étranger, notamment aux USA ou au Royaume Uni certains acteurs sont organisés un peu à notre manière, d'autres se spécialisent dans la technique ou dans la création à la manière d’artisans minutieux, mais peu d'entre eux peuvent porter notre signature 'Type+Tech®'

Pour qui et avec quels interlocuteurs dans les entreprises travaillez-vous ( fonctions )?
Jeremie Hornus :  Nous avons un contact assez naturel avec les Directeurs du Design au sein des marques, nous communiquons aussi souvent avec des Directeurs de Création des agences de Communication et de Branding. Notre connaissance logicielle de la fonte numérique et des enjeux qui l'entourent nous permet aussi de dialoguer avec les ingénieurs et développeurs intégrés dans certaines entreprises.

Quelles sont les réalisations récentes dont vous êtes les plus fiers?

Jeremie Hornus : Nous avons par exemple aidé IKEA a intégrer une série complexe de fontes supportant les nombreux systèmes d'écritures de leur marché mondial; l'usage va des étiquettes, manuels et autres notices et packaging des produits IKEA aux catalogues et usages en signalétique. Nous avons aussi crée ex-nihilo une famille typographique pour le Groupe Renault, supportant 10 systèmes d'écritures dont le Chinois, le Japonais et le Coréen. L'ensemble devant fonctionner sans accrocs dans les Interfaces Homme-Machine des véhicules du groupe, ainsi que sur divers support comme police de caractère des lecture pour les textes courants.

Travaillez-vous à l’international? Si oui pour qui et comment vous faîtes-vous connaître?

Jeremie Hornus : Notre éco-système est par nature international, notre offre rare et hautement spécialisée nous a dès le départ positionné sur un marché hors de nos frontières francophones. Ayant personnellement étudié au Royaume Uni et travaillé à Londres pendant quelques années, j'ai toujours gardé ce lien hors de nos frontières. Nous communiquons presque exclusivement en anglais et nous travaillons à entretenir un réseau international qui va des États Unis au Japon, sans oublier l'Europe bien sûr.